Pour satisfaire des vapoteurs toujours plus exigeants, des cigarettes électroniques nouvelle génération ont pris la place des premières versions. Elles n’ont cependant pas été capables d’effacer les premières e-cigarettes, car certains puristes s’y fient davantage. Une question subsiste toutefois : les nouvelles e-cigs sont-elles plus fragiles que les premières versions ? Réponses

Évolution de la cigarette électronique au fil des années

Les cigarettes électroniques ont peu à peu évolué depuis leur première apparition en 2003. Vous seriez surpris de découvrir qui est l’inventeur du fameux dispositif de sevrage tabagique.

L’apparition de la première cigarette électronique

La première cigarette électronique a été conçue par Hon Lik, un ingénieur chinois exerçant autrefois en tant que pharmacien. Ce dernier imagina un substitut à la cigarette traditionnelle afin de surmonter sa dépendance au tabac. Le brevet de la première e-cigarette fut déposé deux ans plus tard, en 2005 par l’inventeur d’origine chinoise.

À l’époque, le dispositif fonctionnait sans clearomiseur subohm, ni box luminescente. Il ne disposait également pas de résistance chauffante. Hon Lik se servait d’un émetteur ultrason à haute fréquence combiné à un fil chauffant. Ce dernier s’enroulait sur lui-même et servait à la vaporisation du liquide situé à l’intérieur d’un réservoir.

Un tel mécanisme se révélait trop onéreux à long terme. Il fallait donc trouver une alternative assez rapidement avant que les vapoteurs ne perdent leur intérêt.

La transition vers une e-cigarette dotée de résistance chauffante

La cigarette électronique fonctionnant grâce à une résistance chauffante fait son apparition en 2009. Son inventeur se nomme David Yunqiang Xu, et sa nouvelle e-cigarette parvient à détrôner l’ancienne version.

La résistance en forme de petit cylindre devient le cœur de cette invention. Une batterie permet alors d’alimenter la résistance servant à vaporiser l’e-liquide. Une légère pression sur un bouton d’allumage permet d’activer l’e-cigarette.

Plusieurs modèles apparaissent progressivement, et parmi ceux-ci figurent les cigarettes électroniques fonctionnant sans interrupteur de mise en marche. Il existe également des e-cigarettes fonctionnant à l’aide d’un système électromécanique.

Quoique différentes pannes peuvent survenir sur ces appareils de vape 2e génération, en raison des nombreuses composantes qui les constituent.

Les pannes fréquentes sur les e-cigarettes ancienne et nouvelle génération

Différentes pannes peuvent survenir suivant le modèle et le type de cigarette électronique dont vous disposez.

Les problèmes récurrents sur les premières cigarettes électroniques

Si vous possédez une cigarette électronique ancienne génération, il y a peu de problèmes auxquels vous pourriez être confrontés. En effet, ce dispositif est doté d’un mécanisme assez simpliste. Il n’est d’ailleurs pas truffé d’électronique comme c’est le cas avec les modèles les plus récents.

Un entretien correct de votre cigarette électronique première génération vous permet d’en profiter plusieurs années. Il faudra uniquement remplacer l’e-liquide dans le réservoir lorsque celui-ci est vide. En revanche, un remplacement du dispositif devient nécessaire lorsque l’émetteur à ultrasons ne fonctionne plus.

Les pannes propres aux e-cigarettes nouvelle génération

Différentes pannes peuvent survenir lorsque vous possédez une cigarette électronique nouvelle génération. Il peut s’agir d’une batterie défectueuse ou ayant perdu son autonomie. Dans ce cas précis, un remplacement devient nécessaire.

Le vapoteur peut également être confronté à une fuite au niveau du clearomiseur. Une autre panne récurrente au niveau des e-cigarettes nouvelle génération est la formation d’une prise d’air au niveau du clearomiseur. Enfin, il arrive que le drip tip (embout de l’e-cig) soit bouché. Un démontage et un nettoyage deviennent alors nécessaires.